France

Vous êtes ici

Est-il encore temps de semer des blés d’hiver ?

Céréales
22.01.2020
Tracteur pendant semis de blé

Sur le papier, la réponse est oui. Attention à bien choisir sa variété et à adapter l’itinéraire.

Techniquement, le semis de blé d’hiver en janvier est encore possible. Les pertes de rendement seront, en moyenne, au minimum de l’ordre de 30 à 40 % par rapport à un semis de fin octobre. Au-delà, l’institut technique Arvalis table sur des pertes encore plus importantes, de 40 à 60 %. Pour les sols sensibles à l’excès d’eau et à ressuyage lent, les fenêtres propices au semis de blé tendre sont rares en sortie d’hiver. L’itinéraire technique devra bien sûr être adapté, à commencer par le choix variétal. Certaines génétiques, de par leur alternativité et de leur précocité à épiaison, sont encore envisageables jusqu’à mi-février. Au-delà du 15 février, il est préférable de se tourner vers l’implantation de céréales de printemps, de maïs ou de tournesol.

 

07.01.2020
Semis d’orge de printemps et de blé dur, déconseillés en janvier

Les semis d’orges de printemps et de blés durs, prévus à l’automne, doivent si possible être repoussés. Si les semis de blé tendre sont encore possibles en ce début d’année, ceux d’orges de printemps et de blé dur sont déconseillés. Les hectares qui devaient être semés à l’automne et qui ne sont toujours pas emblavés, doivent désormais être repoussés. Ces deux céréales sont bien plus sensibles que le blé tendre à la qualité d’implantation. Le « bénéfice date de semis », escompté avec des implantations à l’automne, sera désormais bien plus faible qu’un semis réalisé au printemps. Sans compter que l’impact du gel sur des plantes déjà bien développées (stade pointant à 1 feuille) est lui, plus important. Si certains agriculteurs souhaitent semer malgré tout, tout désherbage est à proscrire à cette date, sous peine de fragiliser la culture en place.

 

23.10.2019
Les semis d’orges rattrapent leur retard

Au 14 octobre, selon FranceAgriMer, 40 % des parcelles d’orges étaient semées. Le dernier rapport Céré’Obs de FranceAgriMer, paru le 18 octobre, révèle qu’au 14 octobre, 21 % des blés tendres étaient semés contre 4 % la semaine passée. Le retour des pluies a bloqué les chantiers depuis cette date. En comparaison, ce taux était de 32 % à cette même période en 2018. Cette année, seules 3 % des parcelles sont levées contre 10 % en 2018.
En orges d’hiver, le retard dans les semis se réduit. 40 % des parcelles sont désormais semées, contre 44 % en 2018. 5 % sont levées contre 17 % un an plus tôt. 
Quant aux récoltes de maïs gain, elles progressent bien : près d’un tiers des chantiers sont désormais terminés, contre 81 % il y a un an.

20/12/2018
Les dernières estimations du ministère de l’Agriculture confirment le net recul du colza et la progression du blé tendre pour les semis 2018.

Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture, a publié, le 13 décembre, ses dernières estimations de surfaces pour les cultures d’hiver. En France, les surfaces dédiées aux céréales augmenteraient de 2,7 % pour atteindre 7 Mha. Si la sole de blé tendre est en hausse, + 3,5 % à 5 Mha, celle de blé dur enregistre une baisse de 11,1 %, à 308 000 ha. Les orges progressent de 3,3 %.

Comme attendu, le colza recule fortement : - 23,6 %, à 1,22 Mha. La sécheresse qui a touché les principales régions productrices a perturbé les semis et la levée des cultures. Cette baisse pourrait s’accentuer si certaines parcelles sont retournées à la sortie de l’hiver au vue du potentiel en place. Ce recul de la sole de colza pourrait alors profiter aux cultures de printemps.