Vous êtes ici

Share page with AddThis

Blé : le stade épi 1cm, un repère clé

Céréales
15.03.2018
Zoom parcelle de blé tendre stade précoce épi 1 cm (DR)

Sur blé, le stade épi 1 cm constitue un repère pour le raisonnement de nombreuses interventions.

15/03/2018
Sur céréale, le passage entre le tallage et la montaison est symbolisé par le stade « épi 1 cm ». Davantage un repère technique qu’un stade phénologique précis, il est atteint quand la distance entre le sommet de l’épi et le plateau de tallage est, en moyenne, de 1 cm sur le maître-brin. Stade repère pour le deuxième apport d’azote, il l’est aussi pour les applications de régulateur de croissance. En revanche, il est un peu précoce pour les désherbages de rattrapage : mieux vaut dans ce cas patienter jusqu’au stade 1-2 cm. Patience également pour débuter la protection foliaire des blés contre les maladies. Celle-ci ne doit pas démarrer avant le 1er nœud, sauf pour les variétés sensibles à la rouille jaune. L’apparition de petits foyers avec pustules pulvérulentes doit accentuer la surveillance des parcelles.

> Voir les stades BBCH des céréales

Stades des blés : différencier croissance et développement

14/02/2018
L’avance des blés est notable cette année avec parfois une belle densité de talles.
La douceur du mois de janvier a été propice aux céréales et les stades sont en avance par rapport à l’an passé. C’est le cas notamment dans les Pays de la Loire. Les blés vont du stade 3 feuilles à épi 1 cm. Plus de la moitié des parcelles sont en fin de tallage. Le froid des derniers jours est le bienvenu pour ralentir quelque peu la croissance. En effet, dans certaines parcelles, sous l’effet de la densité élevée, les plantes ont tendance à se redresser. La montaison n’est pas pour autant enclenchée : il faut que l’épi soit à au moins 0,7 cm pour parler de réelle montaison. En effet, le passage de l’état de croissance végétative à la montée à épi est conditionné par plusieurs facteurs dont l’accumulation de température et la durée du jour. Il convient toutefois de surveiller les variétés très précoces souvent moins sensibles à la durée du jour : dans ces situations, le risque de montée à épis risque d’être très précoce. Une avance à prendre en compte pour les apports d’azote notamment.