France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

« Contre les pucerons, je décale la date de semis de l’orge »

Céréales
18.09.2018
Zoom sur des pucerons sur céréales

J-C Theuil, éleveur et céréalier dans l’Allier, décale la date de semis de 15 jours pour lutter contre les pucerons.

Quels sont les ravageurs problématiques sur vos céréales ?

Sur 340 hectares, je cultive chaque année environ 40 hectares de blé et 15 à 20 hectares d’orges. Sur blés, je suis confronté chaque année à des attaques de cicadelles ce qui m’amène à semer assez tardivement (fin octobre – début novembre) et à réaliser un insecticide foliaire en relais.

Pour les orges, je suis dans une région où on peut avoir de très grosses attaques de pucerons et donc un risque majeur de Jaunisse Nanisante de l’Orge. C’est pourquoi, j’avais fait le choix de protéger mes orges dès le semis avec de l’imidaclopride avec un traitement insecticide relais au mois de novembre. Avec le retrait de cette matière active depuis le 1er septembre 2018, je vais donc devoir m’adapter.

En revanche, je n’ai aucun problème de taupins ou autres ravageurs du sol.

Quelle sera votre protection vis-à-vis des pucerons à l’automne 2018 ?

Portrait de J-C Theuil, éleveur et céréalier dans l'AllierJ’envisage de décaler la date de semis des orges du 5-10 octobre au 20-25 octobre dans la mesure du possible sachant que j’ai des sols hydromorphes et qu’il n’est pas toujours simple de rentrer dans les parcelles. En relais, je réaliserai une protection insecticide foliaire dès le stade 2 feuilles puis une autre si nécessaire en fonction de la pression. Je vais être très vigilant car les attaques de pucerons peuvent être très virulentes et préjudiciables. En effet en 2015, malgré une protection de semences avec de l’imidaclopride, j’avais observé des attaques de pucerons en décembre avec un impact de 20 à 30 quintaux sur le rendement !

Pour anticiper ces changements réglementaires, nous avons comparé en 2017 plusieurs programmes de protection avec Syngenta dans le cadre du réseau Visio-ferme*. Les résultats obtenus avec une double protection insecticide foliaire étaient comparables à une protection de semences avec de l’imidaclopride.

La culture de l’orge est très importante pour mon exploitation car la production est destinée en totalité à l’alimentation de mes bovins (120 mères charolaises et un peu plus de 300 bovins).

Envisagez-vous de semer des variétés d’orges tolérantes à la JNO ?

Non, pas à ce stade, car j’estime qu’on manque de références sur ces variétés. Par contre, je pense, que la voie génétique pour lutter contre la JNO, est une voie très prometteuse et je serai à l’écoute des innovations dans ce domaine.

*Le réseau d’expérimentation Visio-ferme rassemble des agriculteurs volontaires et motivés par l’innovation pour tester en grandes parcelles de nouvelles solutions techniques.