France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Semis des céréales 2018 : nouvelle donne face aux ravageurs

Céréales
21.09.2018
Tracteur dans champ pendant le semis de céréales

Le retrait de l’imidaclopride nécessite de repenser le traitement insecticide des céréales face aux ravageurs.

Gérer pucerons, cicadelles et ravageurs du sol sans imidaclopride

Depuis le 1er septembre, les insecticides de la famille des néonicotinoïdes sont interdits d’usage. En céréales, la protection de semences des céréales vis-à-vis des insectes d’automne était largement effectuée avec l’imidaclopride, substance active appartenant à cette famille et protégeant encore en 2017 45 % des hectares de blé et 73 % des orges d’hiver. « L’imidaclopride* présentait en effet l’avantage d’être efficace à la fois sur les ravageurs aériens (pucerons et cicadelles) et sur les ravageurs souterrains (taupins et zabres) (1) qui sont en recrudescence dans de nombreuses régions » souligne Virginie Braun, chef marché protection de semences chez Syngenta.

Graphique sur l'efficacité de l'imidaclopride sur les ravageurs de céréales

Face aux insectes, associer protection de semences et foliaire

Pour les semis 2018, les céréaliers vont donc devoir mettre en œuvre des solutions alternatives combinant la protection insecticide des semences et la protection insecticide foliaire afin de sécuriser durablement la production de leurs céréales. En effet, rappelle Virginie Braun, « dans les situations les plus délicates, la nuisibilité des pucerons, tout comme celle des taupins peut aller jusqu’à 40 q/ha».

Vis-à-vis des ravageurs souterrains pour lesquels il n’existe aucune solution foliaire, Syngenta recommande une protection de semences à base de téfluthrine (avec les spécialités Attack® ou Austral® Plus Net), seule matière active insecticide autorisée contre les 3 principaux ravageurs souterrains des céréales : taupins, zabres et mouches grises.

En complément, et afin de lutter contre les pucerons, vecteurs de la Jaunisse Nanisante de l’Orge et les cicadelles, vecteurs de la maladie des pieds chétifs, une ou deux interventions insecticides sont conseillées en végétation au seuil de déclenchement** avec Karaté® Zéon, à base de lambda-cyhalothrine. Pour lutter spécifiquement contre les pucerons, la solution Karaté® K combine lambda-cyhalothrine et pyrimicarbe pour une gestion préventive des résistances. Ces solutions offrent un effet de choc et une très bonne persistance d’action pour une longue protection.

* Imidaclopride : Toxicité aiguë (voie orale), catégorie 4 - Toxicité aiguë pour le milieu aquatique, catégorie 1 - Toxique chronique pour le milieu aquatique, catégorie 1. Dangereux. Respecter les précautions d’emploi.
** Seuil de déclenchement pucerons : 10 % de plantes porteuses ou présence pendant 10 jours consécutifs.
(1) Efficacité de l’imidaclopride sur les ravageurs souterrains et aériens des céréales.