France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Lutter contre les pucerons des céréales en 2018

Céréales
26.11.2018
Zoom sur des pucerons sur une jeune pousse de céréales

Hervé Soissons* a décalé la date de semis de ses céréales et appliqué un insecticide foliaire pour contrôler les pucerons.

À quelle date avez-vous semé vos céréales ?

Portrait d'Hervé Soissons agriculteur céréalier et éleveurPour protéger mes céréales des attaques de pucerons, j’ai décalé les dates de semis. Mes orges d’hiver ont été semés entre le 5 et le 10 octobre soit 4 à 5 jours plus tard qu’habituellement. Pour les blés, les semis ont été encore plus tardifs, entre le 10 et le 15 octobre, avec un décalage de 8 à 10 jours par rapport aux années précédentes. Mon objectif était d’exposer le moins possible mes céréales aux potentielles attaques de pucerons sachant que mes semences ne pouvaient plus être protégées avec l’imidaclopride compte tenu de la nouvelle réglementation. J’appréciais cette protection de semences car cela me permettait d’étaler mes semis en toute sérénité et cela évitait d’intervenir en végétation pour contrôler les pucerons et cicadelles.

Quel est le niveau de la pression des ravageurs sur céréales pour cette campagne ?

Grâce aux captures faites par les plaques VigieVirose® qui sont installées sur une parcelle de l’exploitation depuis mi-octobre dans le cadre de ma participation au réseau Visio-Ferme** de Syngenta, j’ai constaté de fortes infestations de cicadelles juste après les semis ainsi qu’une pression élevée de pucerons dont le pouvoir virulifère était avéré. J’ai donc protégé mes semis de blé les plus précoces avec un insecticide foliaire à base de lambda-cyhalothrine et je prévois de réaliser un premier traitement insecticide foliaire sur encore environ 30 % de la sole blé. Pour les orges d’hiver, compte tenu de la forte pression de l’année, et du risque élevé de jaunisse nanisante sur cette culture, la totalité des surfaces d’orge a été protégée au stade 1 feuille avec un insecticide foliaire.

Pensez-vous devoir réaliser une deuxième intervention insecticide foliaire ?

Cela dépendra de la pression directement observée dans mes parcelles par comptage et grâce au suivi que je peux faire avec les plaques VigieVirose (ces pièges englués sont relevés chaque semaine pendant 6 semaines et envoyés au laboratoire Syngenta pour identification des insectes, quantification et analyse de leur pouvoir virulifère). Après la 1ère intervention insecticide foliaire, les captures sur les plaques étaient moins nombreuses mais je reste vigilant car les conditions climatiques de l’automne (températures élevées et luminosité importante) ont été particulièrement favorables aux pucerons. Cette météo exceptionnelle a également favorisé la floraison de CIPAN comme la moutarde qui sont de formidables réservoirs pour les pucerons.

*Hervé Soissons est un agriculteur éleveur et céréalier dans le Pas de Calais. Il exploite 150 hectares dont 50 hectares de blé et 12 hectares d’orge d’hiver.
**Le réseau d’expérimentation Visio-Ferme rassemble des agriculteurs volontaires et motivés par l’innovation pour tester en grandes parcelles de nouvelles solutions techniques.