Vous êtes ici

Share page with AddThis

Céréales : suivi des pucerons

Céréales
24.10.2017

Moins de pression pucerons et cicadelles sur céréales.

De la Normandie à la Champagne-Ardenne, les vols de cicadelles et pucerons sur céréales baissent grâce à des conditions météo plus humides et fraîches.

31/10/2017
Les réseaux d’observation du bulletin de santé du végétal (BSV) ont relevé moins de captures de cicadelles et de pucerons sur la semaine allant du 19 au 26 octobre par rapport à la précédente, et ce, particulièrement sur la moitié Nord du pays. Le retour de la pluie, de températures fraîches et du vent sur certaines régions ont permis la réduction des vols de ces ravageurs. Le risque est donc limité mais la surveillance doit être maintenue car près de la moitié des parcelles de céréales d’hiver ont atteint le stade de levée, début de la phase sensible.

Pucerons et cicadelles en progression sur céréales.

La pression des insectes s’accroit sur les céréales d’hiver.

24/10/2017
La douceur de ces derniers jours a été favorable aux semis de céréales à paille. D’après l’observatoire Cereobs’ de FranceAgriMer, au 16 octobre, 63 % des parcelles d’orge et 47 % de celles de blé ont été semées. Le climat a aussi contribué au développement des cicadelles et pucerons. Pour ces derniers, à l’origine de la jaunisse nanisante de l'orge, Arvalis rappelle qu’aucune lutte ne peut être engagée contre ces virus quand la plante est infectée. La lutte se fait donc par destruction avant semis des repousses et des graminées sauvages, ou par traitement insecticide, sur semences ou végétation. L’observation doit être menée par beau temps, durant les heures les plus chaudes du début d’après-midi. Le risque ne concerne toutefois que les parcelles levées.

> Voir la solution Syngenta :
Karaté Zeon

Céréales : observer cicadelles et pucerons dès à présent.

La pose de pièges dans les parcelles de céréales permet de repérer précocement l’arrivée des cicadelles et pucerons.

19/10/2017
Les premières observations de pucerons et cicadelles ont eu lieu dans les pièges englués, disposés à proximité des parcelles de céréales tout juste semées. La vigilance reste de mise dans les situations les plus à risque : semis précoces non protégés par un traitement de semences, parcelles bien exposées, abritées, bordées de haies ou de bois, présence de plantes hôtes (repousses de céréales, graminées sauvages) à proximité. Pour les cicadelles, le seuil de nuisibilité est de 30 captures hebdomadaires dans les pièges. La cicadelle est le seul vecteur connu de transmission du virus des pieds chétifs. Pour les pucerons, le seuil est de 10 % de plantes habitées pendant au moins dix jours. Les pucerons peuvent être vecteurs de virus responsables de la JNO, jaunisse nanisante de l’orge. Les plantes sont sensibles jusqu’au stade fin tallage. Les dégâts ne sont visibles qu’au début du printemp..
Consultez notre comparateur météo avant intervention.