France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Quelle stratégie contre les ravageurs aériens cet automne ?

Céréales
05.11.2019
Christian Daniau

Pour lutter contre pucerons et cicadelles, Christian Daniau nous livre sa stratégie gagnante en 2018 et ses choix pour 2019.

Christian Daniau est agriculteur en Charentes sur une exploitation de 160 hectares dont un tiers consacré à la production de blé et d’orge.

Comment avez-vous protégé vos blés et orges des ravageurs en 2018 ?

L’automne 2018 était la première campagne sans protection de semences avec de l’imidaclopride, solution qui permettait à la fois de maîtriser les ravageurs souterrains (taupins, mouches de semis) et aériens (cicadelles, pucerons). La totalité des orges de l’exploitation étaient protégés avec ce traitement de semences ainsi qu’une partie des blés semés précocement.

En 2018, nous avons donc dû adapter la stratégie de protection vis-à-vis des ravageurs. Pour la protection vis-à-vis des ravageurs souterrains, nous avons fait le choix d’un traitement de semences à base de téfluthrine efficace contre taupins et mouches grises notamment.

Pour les ravageurs aériens de l’automne - pucerons et cicadelles – notre stratégie de base a été de décaler les dates de semis avec des implantations qui se sont étalées du 25 octobre à fin novembre pour les semis les plus tardifs.

Ces semis plus tardifs ont-ils suffi à protéger vos céréales des ravageurs ?

En 2018, le décalage de la date de semis a été suffisant vis-à-vis des pucerons et cicadelles dans le cas des semis très tardifs (aux environs du 25 novembre). Nous avons pu vérifier qu’il n’y avait pas besoin d’une protection insecticide grâce à nos observations dans les parcelles ainsi qu’aux piégeages réalisés par les plaques Vigie Virose® installées sur l’ exploitation.  Ce dispositif capture des ravageurs d’automne qui sont analysés pour mesurer leur pouvoir virulifère. En effet, fin novembre 2018, la météo fraîche et humide était peu propice aux vols de pucerons et cicadelles.

En revanche, pour les semis de fin octobre-début novembre, compte-tenu des observations, du niveau et de la nature des insectes piégés, nous avons réalisé un traitement insecticide au stade 1 feuille des céréales, un traitement qui coïncidait d’ailleurs avec le désherbage d’automne des céréales.

Quel était le niveau du risque ravageurs à l’automne 2018 ?

Si le « risque ravageurs » était faible fin novembre, en revanche, pour des semis plus précoces, aux environs du 15 octobre, le risque était majeur. Pour preuve, sur un essai de semis de blé au 15 octobre mis en place dans le cadre du réseau d’expérimentation Visio-Ferme*, en l’absence de protection insecticide, les vols de pucerons et cicadelles ont été très nombreux et par la suite nous avons observé des symptômes de pieds chétifs. Cet essai nous a permis de confirmer l’intérêt de ma stratégie basée sur le décalage de la date de semis, puis si besoin, une protection insecticide, en fonction de l’observation faite à la parcelle et des piégeages Vigie Virose.

Quelle est votre stratégie de lutte contre les ravageurs d’automne pour 2019 ?

Comme en 2018, nous allons décaler la date de semis des blés et des orges. Et, en complément, nous allons observer les céréales et suivre les populations de pucerons et cicadelles grâce au service de veille parasitaire Vigie Virose afin de juger de l’intérêt d’un traitement insecticide complémentaire. La vigilance est de rigueur car les pucerons sont d’ores et déjà présents dans les repousses de céréales et la douceur de cet automne est favorable à leur développement.

Avez-vous envisagé de semer des variétés d’orges tolérantes à la JNO ?

Non, car ces variétés sont certes tolérantes à la jaunisse nanisante de l’orge véhiculée par les pucerons, mais cela ne résout pas la problématique des pieds chétifs véhiculée par les cicadelles. Par ailleurs, nous préférons miser sur la génétique avec les orges hybrides Hyvido qui compte tenu de leur très bonne installation compensent sans difficulté un semis tardif.

*Le réseau d’expérimentation Visio-Ferme rassemble des agriculteurs volontaires et motivés par l’innovation pour tester en grandes parcelles de nouvelles solutions techniques.