France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Bien choisir son insecticide foliaire pour prévenir les résistances

Céréales
08.10.2018
Levée de céréales blé tendre en hiver

Sans imidaclopride, les agriculteurs vont utiliser plus d’insecticides contre les pucerons. Comment prévenir les résistances ?

Pas de résistance des pucerons des céréales aux insecticides foliaires

En céréales, il existe trois types de pucerons du feuillage qui peuvent transmettre la Jaunisse Nanisante de l’Orge : Rhopalosiphum padi, Metopolophium dirhodum et Sitobion avenae. « Ces 3 pucerons ne présentent à ce jour aucun cas de résistance en France sur céréales » souligne Aurélie Bogers, expert technique insecticides céréales chez Syngenta. Néanmoins, il existe en Europe (Royaume-Uni et Irlande) des populations de Sitobion avenae résistantes par mutation de cible impactant l’efficacité des pyréthrinoïdes. « Ces résistances ne sont pas présentes en France mais la vigilance s’impose » ajoute l’expert. Une bonne gestion des solutions insecticides foliaires est donc nécessaire sachant que l’arrêt de l’imidaclopride depuis le 1er septembre 2018 va conduire à une augmentation des applications foliaires et en particulier des solutions insecticides de la famille des pyréthrinoïdes.

Pucerons, savoir les reconnaître

Graphique de reconnaissance des pucerons des céréales

Raisonner la protection insecticide foliaire

« Face à ce risque de résistance qui existe, explique Aurélie Bogers, mieux vaut limiter le nombre d’applications avec une solution performante que renouveler des applications répétées de solutions moins efficaces. De plus, une surutilisation des pyréthrinoïdes peut avoir un impact négatif sur les auxiliaires et l’environnement avec la multiplication du nombre de passages. »

C’est pourquoi Syngenta recommande de raisonner la lutte insecticide contre les pucerons en s’appuyant sur les observations et en choisissant des solutions insecticides (comme Karaté® Zéon ou Karaté® K) qui offrent une longue persistance d’action pour éviter la répétition des traitements.

Karaté Zéon, à base de lambda-cyhalothrine, présente une formulation optimisée qui combine un effet de choc et une longue persistance d’action.

Et, Karaté K, en associant la lambda-cyhalothrine au pyrimicarbe apporte un mode d’action complémentaire particulièrement intéressant dans la gestion des résistances, avec une famille (les carbamates) peu utilisée sur céréales.

Karaté Zéon est également commercialisé sous les noms : Karaté® Xflow, Kusti®, Sentinel® Pro, Ninja® Pro, Karaibe® Pro. Karaté K est également commercialisé sous le nom Okapi® Liquide.