France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Suivre le risque oïdium sur céréales

Céréales
11.04.2019
Oïdium sur feuille de blé

Céréales à paille : l’oïdium guette les épis sensibles

Orge et triticale sont à surveiller dès le stade épi 1 cm pour observer l’oïdium.

Les conditions et les températures actuelles le confirment : le climat reste favorable au développement de l’oïdium sur les céréales à paille. La surveillance est donc de mise sur les variétés sensibles, en priorité les orges et triticales. À partir du stade épi 1 cm, le seuil indicatif de risque se situe à plus de 20 % des plantes atteintes sur les trois dernières feuilles, pour les variétés sensibles. L’institut du végétal Arvalis précise que sur triticale, la résistance variétale « peut être rapidement contournée ». Pour ces variétés, le seuil passe à 50 % des plantes atteintes sur les étages foliaires supérieurs. L’intervention se déclenche au stade premier nœud, excepté pour les variétés très sensibles et fortement touchées. Si l’oïdium n’est présent qu’à la base des tiges, il ne faut pas intervenir.

 

Risque actuellement modéré sur blé

02/04/19
Les premières tâches d’oïdium sont repérées sur blé tendre.

Sur blé tendre, la période de risque vis-à-vis de l’oïdium débute au stade épi 1 cm. Plus la végétation est dense, plus le risque de voir s’étendre la maladie sera important. Pour les variétés sensibles, le risque est avéré dès que des tâches, couvrant au moins 5 % de la surface foliaire, sont observées sur plus de 20 % des F3, F2 ou F1 déployées.

Pour les variétés tolérantes, le seuil passe à 50 % de feuilles déployées présentant ces symptômes. Quelle que soit la variété, le risque est faible si l’oïdium reste cantonné aux tiges. La maladie apprécie douceur et humidité. Les taches de septoriose et/ou de rouilles ne sont pas rares. Allez observer vos parcelles…