France

Vous êtes ici

Surveiller les attaques précoces de rouille naine sur les orges

Céréales
04.04.2022
Surveiller les attaques précoces de rouille naine sur les orges

Les attaques précoces de rouille naine sur les orges d’hiver incitent à la vigilance en particulier sur les variétés sensibles.

Attaques précoces inhabituelles de rouille naine en 2022

Au 7 mars dernier, les cartes de risque maladies en sortie d’hiver développées par Syngenta indiquaient un fort risque de rouille naine dans les zones océaniques. « Les observations sur le terrain en sortie d’hiver confirment une attaque anormalement précoce de rouille naine sur les orges en particulier sur les surfaces semées avec des variétés sensibles » observe Fabrice Blanc, Expert Technique national fongicides grandes cultures chez Syngenta. « Ainsi, en Normandie, précise l’expert, au 22 mars, des symptômes étaient observés sur les F2 et F3 dans 60 % des situations. Fin mars, la rouille naine était également présente en Hauts de France, Champagne mais aussi dans d’autres régions céréalières ». Selon Arvalis, cette arrivée précoce de la rouille naine sur orges incite à la vigilance pour adapter les programmes fongicides si nécessaire.

Un risque rouille naine annoncé dès la sortie de l’hiver (7/03/2022) dans un grand quart nord-ouest selon les cartes de risque maladies Syngenta


Focus - Des symptômes proches de la rouille brune sur blé

La rouille naine est une maladie facile à reconnaître. Elle se caractérise par la présence de pustules de couleur jaune orangé réparties de manière aléatoire sur les feuilles. Un halo jaune entoure les pustules. Ces dernières sont majoritairement localisées sur la face supérieure des feuilles. En cas d’attaque précoce, les feuilles de la base sont les premières touchées. La répartition des symptômes est homogène dans la parcelle (en lien avec une dissémination qui se fait par le vent).

Une forte nuisibilité en cas d’attaques précoces

Dans une série d’essais Syngenta sur la période 2009-2021, la rouille naine occasionnait en moyenne une perte de 20 q/ha avec une nuisibilité maximale de 41,6 q/ha. Selon Arvalis, la nuisibilité est d’autant plus forte que les attaques sont précoces, jusqu’à 40 % du potentiel.


Des conditions climatiques favorables à la rouille naine

En ce début de printemps, le développement précoce de la rouille naine sur les orges s’explique par plusieurs facteurs et notamment :

  • par un maintien des repousses  dans les parcelles d’orges d’hiver à la suite d’un été froid et humide associé à des températures négatives modérées durant l’hiver et très douces en février
  • par une proportion plus importante que les années passées de variétés d’orges implantées plus sensibles à la rouille naine. Selon le Panel ADquation, plus de 50 % des variétés semées en 2021 sont en effet sensibles à la rouille naine avec une note Geves inférieure à 6 .

La rouille naine est un champignon qui apprécie en effet les températures élevées, c’est pourquoi on la compare souvent à la rouille brune du blé.  Cette maladie se maintient sur les repousses d’orge au cours de l’été, puis, à la faveur de conditions douces (l’optimum de germination des pustules se situe entre 15 et 20 °C), elle contamine les orges nouvellement implantées. La dissémination des spores est assurée par le vent. Des températures douces permettent ensuite au champignon de se multiplier (plusieurs cycles peuvent se succéder). La sporulation est rapide, seulement 6 jours, dès 20 °C.
Les conditions climatiques du mois d’avril seront déterminantes pour le développement de la rouille naine. « Si la période de froid annoncée début avril devrait calmer la maladie, des conditions plus favorables par la suite pourraient à nouveau activer l’inoculum bien présent et conduire au développement de la rouille naine » remarque Fabrice Blanc.


Les seuils de risque rouille naine

A partir du stade 1 nœud, compter les 3 dernières feuilles de 20 tiges principales (soit 60 feuilles) :

  • sur variétés sensibles : un traitement est recommandé si plus de 10 % des feuilles sont atteintes,
  • sur variétés moyennement et peu sensibles : un traitement est recommandé si plus de 50 % des feuilles sont atteintes.

Adapter les programmes fongicides pour les variétés sensibles

La rouille naine étant rarement observée en début de montaison des orges, elle n’est généralement pas prise en compte dans le traitement prévu à 1 nœud. En cas de présence significative de symptômes (cf seuils de risque), une adaptation des programmes fongicides doit être envisagée, en particulier sur les variétés sensibles à la rouille naine. De nombreuses solutions fongicides appartenant aux familles des triazoles, des strobilurines et des SDHI sont efficaces contre cette maladie.
Il est à noter que dans de nombreuses parcelles et simulations de l’OAD Avizio™ en cours de développement sur orges, la rhynchosporiose, l’oïdium et l’helminthosporiose peuvent être aussi présentes. En complément des familles citées, le cyprodinil et la fenpropidine peuvent aussi être intégrés dans les programmes (mode d’action et famille unique).
« Si la rouille naine devait se développer dans les semaines à venir, pour le T2 des orges, les céréaliers peuvent s’appuyer sur les produits fongicides à base de SOLATENOL™Technology, Elatus® Plus et Elatus® Era qui offrent un très bon niveau d’efficacité sur toutes les rouilles des céréales y compris sur la rouille naine de l’orge » observe Damien Lenglet, responsable fongicides grandes cultures chez Syngenta


Bon à savoir

Les orges hybrides Hyvido® présentent une bonne tolérance aux maladies. La quasi-totalité de la gamme orge hybride Hyvido présente une note de sensibilité à la rouille naine supérieure ou égale à 6.