Vous êtes ici

Share page with AddThis

Faire face aux résistances sur orge avec le cyprodinil

Céréales
19.03.2018
Symptômes d'helminthosporiose Crédit photo Arvalis

Au T1, une spécialité contenant du cyprodinil permet de protéger efficacement les orges et de faire face aux résistances.

Progression de la résistance aux fongicides sur orges

L’helminthosporiose est une maladie très dommageable pour la culture des orges avec des chutes de rendements de 25 à 30 % en situation de très forte pression. Or, depuis plusieurs années, la protection des orges est de plus en plus délicate avec une progression des résistances aux fongicides céréales.

La note Arvalis 2018 sur la résistance aux fongicides céréales précise en effet que de plus en plus de souches d’helminthosporiose sont résistantes aux familles chimiques. La résistance aux QoI est installée et relativement stable aux environ de 30 % et on observe une dérive de sensibilité pour la famille des triazoles. Plus inquiétant, la résistance aux SDHI progresse avec « 60 % de souches résistantes » selon cette note. « Une tendance que nous observons également dans notre monitoring depuis 2 ans avec pour la dernière campagne, 75 % de souches résistantes aux SDHI » explique Fabrice Blanc, expert technique national fongicides céréales chez Syngenta. « Et, on sait qu’il existe des souches doublement résistantes aux QoI et aux SDHI » ajoute-t-il.

Appliquer une spécialité contenant du cyprodinil au T1

« Le contexte de protection des orges est donc délicat et nous recommandons de mettre en œuvre la démarche de Protection Fongicide Responsable, basée sur l’alternance et l’association des familles chimiques » souligne Fabrice Blanc. Une recommandation d’autant plus nécessaire, que la première variété d’orge cultivée est de plus en plus sensible à l’helminthosporiose.

En pratique, sur orges, pour faire face aux résistances de l’helminthosporiose aux triazoles, aux strobilurines et aux SDHI, la démarche Protection Fongicide Responsable conseille une application tôt dans le cycle de développement de la maladie, lors du 1er traitement, avec une spécialité contenant du cyprodinil. Cette matière active permet d’intégrer un mode d’action unique dans les programmes.

« Alors que le cyprodinil est sur le marché depuis plus de 20 ans, son mode d’action unique vient d’être élucidé par les chercheurs de notre centre de recherche de Stein en Suisse » précise Fabrice Blanc. Une découverte qui confirme tout son intérêt dans la protection des orges.