France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Contrôler les maladies de début de cycle sur blés et orges

Céréales
19.04.2019
Rouille jaune

Foyer de rouille jaune en Bretagne sur variété sensible (4/04/2019) – © Syngenta

Rouille jaune et piétin verse sont observés sur blés et rhynchosporiose sur orges. Un T1 peut être envisagé en situation à risque.

Vigilance rouille jaune et piétin verse sur blés 

Avec des températures fraîches observées au cours de la première quinzaine d’avril, la principale maladie observée en ce début de campagne est la rouille jaune qui présente selon les régions « un risque moyen à élevé » remarque Fabrice Blanc, expert technique fongicides céréales chez Syngenta . Il convient d’être particulièrement vigilant sur les variétés sensibles à cette maladie d’autant plus que la variabilité des races de rouille jaune (avec la prédominance des races Warrior) augmente les risques de contournement de résistance variétale. « Notre nouvel outil d’aide à la décision Avizio en test sur plus de 2 500 parcelles dans toute la France permet d’alerter sur les situations à risque » précise Fabrice Blanc.

Pour rappel, la rouille jaune du blé est une maladie avec un caractère explosif avec une nuisibilité moyenne de 20 q/ha mais qui peut atteindre dans les situations les plus graves 50 à 60 q/ha.

L’autre maladie observée ponctuellement sur les blés en ce début de campagne est le piétin verse dont le développement est également favorisé par des conditions climatiques fraîches et humides. Pour évaluer le risque lié à cette maladie, il est conseillé de s’appuyer sur la grille d’évaluation du risque piétin verse établie par Arvalis qui prend en compte le précédent, le type de sol, la sensibilité variétale, le travail du sol ou encore la date de semis. L’OAD Avizio de Syngenta évalue aussi le risque piétin verse à la parcelle.

Enfin, remarque Fabrice Blanc, « si septoria tritici est toujours fréquente mais principalement sur les feuilles basses, les conditions climatiques des jours à venir et notamment le niveau des pluies, seront déterminants pour son développement ».

 


Focus
Protéger les blés en situation à risque 

En fonction du niveau de risque évalué par les outils d’aide à la décision mais aussi de la sensibilité des variétés, un T1 peut être envisagé pour protéger les blés, à partir du stade épi 1 cm sur piétin verse et sur rouille jaune. Pour contrôler le piétin verse, une intervention avec du cyprodinil est efficace et pour maîtriser la rouille jaune du blé, beaucoup de solutions fongicides sont disponibles en particulier dans la famille des triazoles et/ou des strobilurines.


 

Risque rhynchosporiose sur orges

Sur orges, les conditions fraîches de la première décade d’avril ont également été favorables au développement de la rhynchosporiose. « Cette maladie de début de cycle qui se dissémine à la faveur du vent et/ou des éclaboussures de pluie peut occasionner des pertes de rendement de 20 à 30 % » remarque Fabrice Blanc. Dans les situations à risque tels que des semis précoces et surtout pour les variétés sensibles, il est recommandé de protéger les orges pour contrôler la rhynchosporiose mais aussi limiter le développement des autres maladies qui affectent cette culture comme l’oïdium, la rouille jaune du blé ainsi que l’helminthosporiose.

Rynchosporiose                                                        Symptôme de rhynchosporiose sur variété semée à l’automne dans l’Indre – © Syngenta

Une première intervention sur orges à base de spécialités contenant du propiconazole ou à base de cyprodinil associé à un partenaire, pourra donc s’avérer judicieuse pour préserver le rendement, notamment sur les variétés les plus sensibles. « Selon 110 essais conduits par Syngenta de 2010 à 2018,  le bénéfice du T1 dans la protection des orges est en moyenne de + 6,7 quintaux/ha » rappelle Fabrice Blanc. Pour une efficacité optimale, un positionnement le plus tôt possible dans le cycle des maladies est recommandé entre les stades 1 et 2 nœuds des orges.