France

Vous êtes ici

Une campagne 2021 favorable au raisonnement des traitements fongicides

Céréales
27.10.2021
La rouille jaune a été l’origine du T1 sur les variétés les plus sensibles
La rouille jaune a été l’origine du T1 sur les variétés les plus sensibles

Les conditions climatiques de la campagne 2021 ont confirmé l’intérêt d’utiliser un OAD pour bien positionner les fongicides céréales.

Un début de campagne sec peu propice aux maladies des blés

Pour la 3ème année consécutive, la météo du début de campagne a été défavorable au développement des maladies de début de cycle. « Le printemps sec avec en plus un vent d’est, ont bloqué le développement de la septoriose mais surtout de la rouille jaune très présente dans les régions océaniques » observe Bertrand Moncomble, Responsable Agroécologie Régional dans le nord chez Syngenta. Cette situation climatique et sanitaire observée dans les autres régions céréalières conjuguée avec l’implantation de variétés de blés de plus en plus tolérantes à la septoriose explique que dans de nombreuses situations, un T1 sur septoriose ne se justifiait pas.

La nuisibilité des maladies du blé tendre en 2021

10 à 15 quintaux par hectare selon les situations.

La rouille jaune drive le déclenchement des T1 sur blés tendres

« En revanche, la rouille jaune est arrivée dès le retour de conditions climatiques plus humides pendant la montaison », précise Bertrand Moncomble, et le caractère explosif de cette maladie associée à sa forte nuisibilité « a nécessité une 1ère intervention fongicide en particulier sur les variétés les plus sensibles mais aussi sur certaines variétés tolérantes ou avec des doutes sur un contournement de leur tolérance variétale ». En pratique c’est un peu plus d’un tiers des parcelles qui ont reçu un T1 en région centre par exemple.  Dans les zones céréalières du sud, avec l’arrivée des pluies en mai associée à des températures fraîches, la rouille jaune s’est également exprimée sur variétés sensibles à très sensibles et « il était alors nécessaire d’intervenir dès le stade 2-3 nœuds sans attendre le traitement pivot au stade DFE »remarque Benoît Thibaud, Responsable Agroécologie Régional dans le sud chez Syngenta.
Le T1 pouvait également être valorisé sur septoriose sur les variétés sensibles, «dans nos essais sur variétés sensibles à la septoriose en absence de T1, on constate une perte de 4 à 5 q/ha » observe Luc Flamant, Responsable Agroécologie Régional chez Syngenta dans l’est de la France, « avec un cours du blé tendre supérieur à 220 euros la tonne, cette application permettait de dégager une marge supplémentaire de 70 euros/ ha environ ».

Le T2 plus que jamais pilier de la protection contre la septoriose et les rouilles

En l’absence de T1 dans un grand nombre de situations, le T2 a confirmé en 2021 son rôle de pilier de la protection contre les maladies des blés. « Avec le retour des pluies en mai et juin, la septoriose s’est installée et a progressé sur les différents étages, un phénomène bien suivi par l’outil d’aide à la décision Avizio™. Et, la rouille jaune était souvent présente, en particulier dans les parcelles où elle n’avait pas été gérée au T1 » observe Fabien Massot, Responsable Agroécologie dans la région ouest chez Syngenta. Dans les régions céréalières des Hauts de France et de Normandie, les OAD ont été également très utiles pour positionner au mieux le T2, « les déclenchements fournis par Avizio sont arrivés dès le retour des pluies autour du 3ème nœud dans les zones continentales et au stade fin montaison dans les zones océaniques. Et, sur les variétés les plus cultivées et tolérantes à la septoriose, l’OAD recommandait le T2 une dizaine de jours plus tard » explique Bertrand Moncomble. Le positionnement du T2 avec l’appui d’Avizio aura donc permis cette année d’être encore plus performant sur cette maladie et surtout d’intervenir en début de cycle de la maladie, un point très important pour la prévention des résistances.


Elatus®Era, pilier de la protection fongicide des céréales au T2

Le T2 est le pilier de la protection fongicide des céréales, sur blé tendre comme sur orge. Année après année, le fongicide Elatus Era confirme tout son intérêt à cette période :


Gérer la progression des résistances aux triazoles en Hauts de France et Normandie

La campagne 2021 confirme la progression de la résistance de la septoriose aux triazoles avec une fréquence proche de 100 % dans certaines parcelles des régions Hauts de France et Normandie. « Cette nouvelle situation marque un virage important des performances des solutions fongicides dans ces zones avec des résultats très intéressants pour des programmes sans triazoles incluant différents modes d’action performants sur septoriose et sur rouille » remarque Bertrand Moncomble.

Un T3 souvent nécessaire pour contrôler les fusarioses

Enfin, avec une fin de cycle souvent pluvieuse dans la plupart des régions céréalières, le développement de la fusariose a nécessité dans beaucoup de situations une 3ème intervention fongicide pour contrôler cette maladie très préjudiciable à la qualité des blés, « ce T3 a servi également de relais vis à vis de la septoriose compte tenu des récoltes plus tardives cette année » souligne Luc Flamant.


Orges : forte pression rhynchosporiose

Le printemps frais et les pluies à partir de la mi-avril ont été favorables dans de nombreuses zones céréalières au développement de la rhynchosporiose avec une pression plus forte qu’au cours des deux dernières campagnes. « Cette maladie a pu justifier dans certaines situations une 1ère intervention dans les régions céréalières du centre de la France » souligne Fabien Massot. Dans les essais Syngenta, l’association Unix®Max + Meltop®One a une nouvelle fois montré tout son intérêt technique et économique par rapport à d’autres solutions à base de triazoles.
L’helminthosporiose a été plus discrète et plus tardive en 2021 et a pu être contrôlée par un T2 avec une spécialité comme Elatus Era efficace sur helminthosporiose mais aussi sur ramulariose, maladie observée dans certaines zones céréalières du centre de la France.
Selon les situations, la nuisibilité des maladies de l’orge est estimée en 2021 à 12 quintaux par hectare environ dont 8 quintaux par hectare pour le T2.

En savoir plus sur les solutions Syngenta :
- Elatus Era
- Meltop One
- Unix Max