France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

5 conseils face aux résistances aux fongicides céréales

Céréales
19.02.2019

Avec la Protection Fongicide Responsable, Syngenta accompagne les agriculteurs pour pérenniser l’efficacité des fongicides.

La Protection Fongicide Responsable pour faire face aux résistances

« Les céréaliers sont confrontés depuis plusieurs années au développement des résistances de certaines familles de fongicides sur blé (septoriose) et sur orge (helminthosporiose). La campagne 2018 confirme une progression des souches de septorioses les plus résistantes aux triazoles qui sont désormais majoritaires selon notre monitoring » observe Fabrice Blanc, expert technique national fongicides céréales chez Syngenta.
C’est pourquoi, Syngenta renouvelle ses 5 conseils pour une Protection Fongicide Responsable, démarche basée sur l’alternance et l’association des familles chimiques mais aussi des molécules disponibles au sein d’une même famille, ainsi que l’intégration de molécules multisites et/ou de molécules possédant un mode d’action unique.  « Parallèlement, en amont de la protection fongicide, nous recommandons aux agriculteurs d’utiliser tous les outils à leur disposition, en particulier la génétique, les techniques culturales mais aussi les Outils d’Aide à la décision (OAD) pour prévenir et anticiper les maladies afin de raisonner l’utilisation des fongicides et limiter le développement des résistances » ajoute l’expert.

1. Positionner précocement les fongicides dans le cycle des maladies 

Pour une efficacité optimale des fongicides céréales et afin d’éviter un risque accru de sélection de souches résistantes avec un positionnement curatif, la Protection Fongicide Responsable recommande de positionner tôt les spécialités fongicides dans le cycle de développement des maladies. « Ce positionnement précoce est très important dans un contexte de progression des résistances aux triazoles notamment » souligne Fabrice Blanc. « Les agriculteurs peuvent s’appuyer sur des outils d’aides à la décision comme le nouvel OAD Avizio qui permet d’anticiper la nuisibilité potentielle des maladies dès l’automne et de positionner avec précision les fongicides en saison ».

2. Alterner les triazoles dans le programme fongicide

Les triazoles restent incontournables dans la protection fongicide des céréales avec des atouts reconnus sur le plan de l’efficacité, du spectre et de la souplesse d’emploi mais aussi d’un bon rapport qualité/prix. « La progression des souches de septoriose résistantes aux triazoles et la diminution progressive du nombre de molécules disponibles appartenant à cette famille doivent inciter les agriculteurs à alterner et associer les fongicides de la famille des triazoles afin de pérenniser leur utilisation et préserver leur efficacité » observe Fabrice Blanc.

3. Intégrer un SDHI par an dans la stratégie fongicide

Les fongicides SDHI offrent aux agriculteurs un très haut niveau de performance sur les maladies foliaires des céréales dont la septoriose et les rouilles notamment. Pour éviter de mettre une trop grosse pression sur cette famille, la Protection Fongicide Responsable recommande d’associer systématiquement les SDHI avec des fongicides appartenant à d’autres familles, et de les utiliser à des doses efficaces, en positionnement préventif, une seule fois par hectare et par an dans le programme fongicide. En effet, des souches de septoriose résistantes aux SDHI ont été détectées ponctuellement et à faible fréquence depuis plusieurs campagnes et la proportion de souches d’helminthosporiose de l’orge résistantes aux SDHI représente 60 à 70 % des populations (légère régression en 2018 selon le monitoring Syngenta).

4. Utiliser du chlorothalonil/multisite sur blé

Sur blé, compte tenu de l’évolution de la résistance de la septoriose aux triazoles, la Protection Fongicide Responsable conseille d’intégrer systématiquement un fongicide multisite par hectare et par an. Ces matières actives multisites sont efficaces sur toutes les souches de septoriose. Utilisées en association, elles protègent l’efficacité de leur partenaire. Pour une gestion optimale des résistances, il est recommandé de les utiliser en positionnement précoce lors du T1 (voire en T2 dans les secteurs à forte pression septoriose). 

« En 2019, les céréaliers pourront également intégrer dans leur programme un autre fongicide multisites, la spécialité Thiovit Jet Microbilles, solution de biocontrôle à base de soufre qui a récemment reçu une extension d’homologation pour lutter contre la septoriose du blé » souligne Fabrice Blanc, « cette solution de biocontrôle est aussi utilisable en agriculture biologique ».

5. Positionner du cyprodinil ou de la fenpropidine au T1 des orges

Sur orges, pour faire face aux résistances, il est recommandé d’intégrer le plus tôt possible dans le programme, lors du T1, des matières actives avec un mode d’action unique. « C’est le cas du cyprodinil et de la fenpropidine que nous conseillons de positionner au T1 » explique Fabrice Blanc.

PREVENTION DES RESISTANCES 

Utiliser la génétique, l’agronomie et les OAD

Au-delà de la stratégie fongicide à mettre en œuvre en saison pour limiter le développement des résistances, Syngenta recommande aux céréaliers :

- de préférer des variétés peu sensibles aux maladies et d’éviter d’utiliser des variétés de blé ou d’orges sensibles sur de grandes surfaces 
- de mettre en œuvre des pratiques culturales permettant de réduire le risque de maladies (rotation, labour, date de semis, gestion des repousses de céréales dans l’interculture ..) ou la progression des maladies (densité, azote)
- de raisonner le positionnement des applications fongicides en fonction du développement des maladies en s’appuyant sur des outils d’aide à la décision performants comme Avizio

 

> Sur la thématique Comment réduire les problèmes de résistance ? :