Vous êtes ici

Share page with AddThis

Affirm et Proclaim : avis des professionnels en arboriculture

Arboriculture
21.07.2016
Des pommes Gala sur une branche de pommier

Face à la problématique carpocapse et tordeuses, Affirm et Proclaim ont déjà convaincu de nombreux professionnels.

Testés dans différentes contextes, ces solutions s’intègrent parfaitement dans les programmes de lutte contre les lépidoptères. Retrouvez les témoignages de professionnels de l’arboriculture en 2012.

« Satisfaire aux exigences de la filière baby-food »

Philippe Massardier , Coopérative Fruitière Sicoly (69)Philippe Massardier
« Notre coopérative fruitière travaille depuis de nombreuses années avec la filière baby-food. Aussi, quand une nouvelle matière active arrive sur le marché, nous mettons en place une convention tripartite avec nos fournisseurs et nos clients afin de vérifier si cette matière active satisfait aux exigences de cette filière en matière de résidus. Concernant l’emamectine, les essais que nous avons conduits en vergers de poiriers pour lutter contre le carpocapse montrent que cette nouvelle solution appliquée 3 jours avant la récolte (DAR de la substance active), est en adéquation et en sécurité parfaite avec la LMR fixée à 0,02 mg/kg pour les fruits frais ainsi qu’avec les exigences de la filière baby-food fixées à 10 ppb de résidus par kg. L’emamectine pourra donc s’intégrer dans les programmes de protection raisonnée que nous mettons en œuvre pour maîtriser le carpocapse. »

« Une solution contre le carpocapse et la tordeuse orientale sans risque de résidus »

Station expérimentale La PugèreStation expérimentale La Pugère
« Dans le sud-est, pour faire face au carpocapse, nous avons besoin de solutions du mois d’avril à la récolte sans compter que depuis quelques années, les vergers de pommiers sont également attaqués par la tordeuse orientale, ravageur bien connu des vergers de pêchers. Dans ce contexte très difficile, l’arrivée de l’emamectine apporte une nouvelle arme très efficace contre ces deux ravageurs et sans problème de résistance. Compte tenu de son profil environnemental et de son respect des auxiliaires, l'emamectine pourra s’intégrer dans les programmes de Production Fruitière Intégrée en accompagnement de la confusion sexuelle. En effet, dans les essais conduits par des partenaires, nous avons pu constater en vergers de poiriers une baisse importante des dégâts de psylle due à la préservation des auxiliaires par l’emamectine. Les producteurs pourront également apprécier le faible délai avant récolte (3 jours) de cette nouvelle matière active qui leur permettra de protéger les variétés précoces même pendant les récoltes avec de surcroît une absence de résidus. »

« Une nouvelle arme contre la tordeuse orientale du pêcher »

Marc Fratantuono, Chambre d’agriculture des Pyrénées OrientalesMarc Frantantuono
« La tordeuse orientale du pêcher est plus que jamais le ravageur numéro un des vergers de pêchers. La chenille perfore les fruits et les dégâts sont irrémédiables pour leur qualité. L’homologation de l’emamectine, nouvelle molécule appartenant à une nouvelle famille chimique apporte un nouveau souffle aux producteurs dans la lutte contre ce ravageur. Dans les essais que nous avons conduits, l’emamectine apparaît très efficace et compte tenu de son profil environnemental, elle s’intégrera parfaitement dans les programmes de lutte qui combinent l’alternance des spécialités autorisées et la confusion sexuelle. Compte tenu de son spectre, nous recommanderons l’emamectine en cœur de protection. La formulation non classée de la spécialité contenant de l’emamectine sera appréciée des applicateurs. Par ailleurs, dans le cadre de la lutte raisonnée, le respect de la faune auxiliaire de cette nouvelle molécule est un atout pour préserver les prédateurs naturels des ravageurs du pêcher. Enfin, l’absence de résidus au moment de la récolte permet aux producteurs de satisfaire les exigences de la filière. »