France

Vous êtes ici

Sur blé, identifier les parcelles les plus à risque « ergot »

Céréales
22.06.2021
Ergot des céréales

La présence d’ergot dans une céréale implique une gestion de l’après-récolte très soignée.

La nuisibilité de l’ergot ne s’exprime pas sur le rendement des céréales mais altère la qualité de la récolte en produisant des alcaloïdes toxiques pour l’homme et les animaux. Pour les lots destinés à l’alimentation des animaux, le taux de sclérotes ne doit par exemple pas dépasser 1 g/kg. Repérer les parcelles à risque s’avère donc nécessaire pour gérer l’après-récolte. L’évaluation du risque intègre plusieurs facteurs : la présence d’inoculum, les pratiques de désherbage des graminées et les conditions météo aux stades méiose et floraison. Ainsi un déficit de rayonnement, des températures inférieures à 4°C à la méiose et/ou à la floraison, ou plus de 40 mm de pluies à la floraison peuvent conduire à des accidents de fécondation qui constituent une porte d’entrée aux contaminations par l’ergot. En cas de risque avéré, un travail du sol après la récolte permettra de maîtriser l’inoculum et l’implantation de céréales à paille durant deux ans sera à éviter.

En savoir plus
Lutter contre les maladies des céréales