France

Vous êtes ici

Les vignerons indépendants à l’ère des biocontrôles

Biocontrôle
19.05.2021
Les vignerons indépendants à l’ère des biocontrôles

Un forum à distance a réuni plus de 40 vignerons sur les biocontrôles malgré le gel, preuve de l’intérêt de ces solutions.

Les biocontrôles, un sujet mature pour les vignerons

En pleine période de gel dans les vignes alors que les vignerons étaient très occupés et préoccupés, le forum technique à distance organisé par les Vignerons Indépendants de France « Repenser ses programmes avec les Biocontrôles » a réuni plus de 40 vignerons. « Ce niveau de participation dans une période très difficile démontre tout l’intérêt des vignerons pour les biocontrôles, un sujet désormais incontournable pour réduire les IFT, respecter les cahiers des charges, prendre en compte les attentes des clients et mieux vivre avec son environnement et ses voisins» observe Christophe Chevré des Vignerons Indépendants de France. « Les solutions de biocontrôle s’imposent de plus en plus dans les stratégies de protection en conventionnel et en bio, les traitements programmés ne sont plus d’actualité. C’est pourquoi il était important de donner la parole à des vignerons qui ont fait l’expérience de biocontrôles pour la partager et permettre ainsi à ceux qui s’interrogent de constater qu’il est possible d’intégrer les biocontrôles dans les programmes de protection pour une récolte saine et sécurisée » ajoute-t-il.

Expériences biocontrôles concluantes en régions

3 vignerons de différentes régions viticoles ont ainsi témoigné des essais en grandes parcelles qu’ils conduisent depuis plusieurs années avec Syngenta :

  • Au Domaine de la Grande Canague dans l’Hérault (60 ha en bio depuis 2017), Emilie Faucheron a expliqué que l’intégration des biocontrôles dans les programmes avait permis de diminuer les doses de cuivre tout en optimisant le rendement. « En 2020, campagne marquée par une forte pression mildiou, la généralisation du biocontrôle Fytosave sur 6 applications a permis de contrôler le mildiou avec seulement 3 500 g/ha de cuivre et le rendement était au rendez-vous » explique-t-elle.
  • Fabien de Lescure, vigneron en Bourgogne (Domaine de la Bouronière) a ainsi pu réduire les doses de 30 % de ses fongicides grâce au biocontrôle Fytosave utilisé dès les 1ères applications. « La réduction des doses est une pratique que je mettais en œuvre depuis plusieurs années et l’utilisation des biocontrôles me permet de sécuriser cette stratégie » remarque ce vigneron. « Cette nouvelle approche de protection nous permet d’être en conformité avec les exigences de cahier des charges comme Terra Vitis et/ou de certification HVE » précise-t-il. En 2020 Fabien de Lescure a testé avec succès le nouveau biocontrôle Taegro, « cela m’a permis de bénéficier d’une protection anti-botrytis pour garantir la qualité de la récolte avec un effet apprécié sur oïdium ».
  • Dans le vignoble de St-Emilion, au Clos Trimoulet,  Alain Appolot intègre depuis 2016 des biocontrôles dans ses programmes de protection en début et en fin de saison, « mon objectif est réduire les doses des produits conventionnels afin de respecter au mieux les ZNT et les riverains ». En 2020, année à forte pression mildiou dans le bordelais, en intégrant les biocontrôles Fytosave en début et en fin de saison, Redeli en post floraison et Taegro en fin de saison, il a réussi à baisser son IFT de 20 % tout en assurant une belle récolte de qualité.

Syngenta accompagne l’utilisation des biocontrôles

Syngenta, entreprise partenaire des Vignerons Indépendants très engagée dans le développement des biocontrôles, accompagne ces vignerons pour une bonne utilisation de ces nouvelles solutions de protection. Les équipes dédiées et en région ont rappelé quelques principes à l’occasion de cet atelier :

  • Il est recommandé d’intégrer les biocontrôles dans un programme avec des solutions complémentaires que ce soit en bio ou en conventionnel et avec une bonne qualité de pulvérisation (face par face). Il faut bien connaître leurs modes d’action et en tenir compte pour leurs positionnements. Certains sont préventifs, en particulier les SDN (stimulateurs de défenses naturelles), d’autres ont une action curative.
  • La plupart des biocontrôles sont à ce jour recommandés en association avec des produits de contact ou pénétrants à dose réduite en fonction des conditions climatiques, mais certains peuvent s’utiliser seuls comme le Taegro.
  • L’utilisation des biocontrôles, qui font appel à des mécanismes naturels, permet de gérer la pression parasitaire sans l’éradiquer.

 


Pour aller plus loin