France

Vous êtes ici

Biocontrôles, la parole aux vignerons

Biocontrôle
20.04.2021
Biocontrôles, ce qu’en pensent les vignerons

Les biocontrôles confirment leur intérêt pour protéger la vigne en conventionnel et en bio. Retour d’expérience de 5 vignerons.

Réduire notre impact sur l’environnement - Guillaume Chaubenit, vigneron à Cognac (47 hectares)

Nous constatons depuis quelques années que le consommateur et les maisons de négoce avec qui nous travaillons recherchent des productions de plus en plus naturelles. Notre engagement dans la démarche de certification HVE va dans ce sens et nous avons pour objectif la réduction des intrants phytosanitaires. C’est pourquoi nous avons récemment investi dans un pulvérisateur confiné qui nous permet de diminuer les doses des produits phytosanitaires utilisées de 30 à 40 %. Parallèlement, nous intégrons également autant que possible les nouvelles solutions de biocontrôle basées sur les défenses naturelles. Ces produits nous permettent de réduire notre impact sur l’environnement sur un territoire bordé par les eaux, car le vignoble est à proximité de l’Estuaire de la Gironde et de nombreuses rivières. Notre volonté est à la fois de préserver la planète et notre outil de production. En 2020, nous avons ainsi testé un nouveau programme anti-botrytis associant la spécialité Geoxe®WG à la fleur et le biocontrôle Taegro® (fin juillet) sur une parcelle d’Ugni Blanc sensible au botrytis. Le résultat était concluant en quantité et en qualité.

Améliorer l’IFT avec une récolte saine à maturité - Vincent Despagne, Vignobles Despagne dans le Bordelais (70 hectares)

Depuis 3 campagnes, nous intégrons des produits de biocontrôles dans nos programmes de protection du vignoble afin de réduire notre impact sur l’environnement. Nous utilisons la spécialité Fytosave® en début et en fin de saison afin de gérer le mildiou, du soufre contre l’oïdium et en 2020, nous avons testé pour la 1ère fois le biocontrôle Taegro autorisé sur botrytis après une application de Geoxe WG à la fleur. Avec cette stratégie, un de nos objectifs était d’améliorer notre IFT global, ce qui a été le cas puisque notre IFT fongicides était de 7,68 en 2919 et de 9,95 en 2020, un résultat très satisfaisant malgré la très forte pression mildiou de 2020. Ces nouveaux programmes qui intègrent  des biocontrôles nous permettent par ailleurs de ne plus utiliser de produits CMR, d’atteindre notre objectif « résidus bas » dans nos vins, avec une récolte saine à maturité.

Rassurer les clients et nos voisins - Stéphane Margand, viticulteur dans le Beaujolais (17,5 hectares)

J’utilise des biocontrôles dans mes programmes de protection depuis 3 ans. Cela me permet de réduire les doses des produits conventionnels et de rassurer ainsi mes voisins, ma famille, mes amis sur le fait que je protège autant que possible ma vigne avec des produits 100 % naturels. Sur une maladie comme l’oïdium de plus en plus présente dans notre vignoble, les biocontrôles me permettent ainsi de renforcer la qualité des traitements. En pratique, j’utilise les spécialités Redeli® en début de programme, Fytosave pour lutter contre le mildiou et l’oïdium et le nouveau biocontrôle Taegro autorisé contre l’oïdium et le botrytis. Ce sont des produits faciles à utiliser qui se mélangent sans difficulté. Et, surtout, je peux expliquer à mes clients ma démarche et ils sont très intéressés. Je vais donc continuer à développer l’utilisation des biocontrôles en augmentant les surfaces.

En complément des produits conventionnels - Philippe Malet, viticulteur en Champagne

Depuis plusieurs années, j’utilise des produits de biocontrôle en complément des produits de traitements conventionnels pour protéger mes vignes de l’oïdium et du mildiou. En 2020, j’ai testé Taegro, nouvelle spécialité de biocontrôle autorisée contre l’oïdium et le botrytis, avec une application à la fermeture de la grappe, en complément de la spécialité Geoxe WG appliquée à la chute des capuchons floraux. Les résultats se sont avérés très intéressants sur oïdium (pas de pression botrytis en 2020). A l’avenir, j’envisage de protéger ainsi tout mon vignoble. Cette volonté de développer l’usage des produits de biocontrôle en complément des produits conventionnels fait partie d’une démarche plus globale car mon exploitation est en voie de certification HVE.

Sécuriser les traitements en bio - Matthieu Pastouret, vigneron dans le Gard sur 20 hectares

Notre domaine est en viticulture biologique depuis le début des années 1980. J’ai pour la deuxième année testé le biocontrôle Fytosave dès le début de la campagne avec des produits à base de cuivre et de soufre pour protéger mes vignes. En stimulant les défenses naturelles, cette nouvelle solution m’a permis de sécuriser les traitements et les cadences. Sur les 2 dernières campagnes très compliquée pour la gestion du mildiou, cette stratégie s’est avérée très efficace. Je vais donc continuer à utiliser ce biocontrôle sur mon exploitation.

Voir les vidéos : Biocontrôles, ce qu’en pensent les vignerons