Vous êtes ici

Share page with AddThis

L’entomofaune auxiliaire : une ressource alliée

Bonnes pratiques
14.09.2012

Les auxiliaires sont de vrais alliés sur une exploitation agricole car ils jouent plusieurs rôles importants. 

Sur les fermes Agéris, des aménagements ont été mis en place afin de favoriser leur présence et leur action. Les résultats d’études menées par des professionnels indépendants attestent de cette richesse. Plus de 242 taxons d’arthropodes auxiliaires, répartis en 54 familles et 11 ordres ont été recensés par des professionnels indépendants lors de suivis ponctuels sur 5 fermes Agéris. Ils ne représentent donc qu’une partie de l’entomofaune utile.

Des rôles bien différents et essentiels

Les organismes auxiliaires jouent un rôle fondamental pour l’agriculture : certains contribuent à la fertilité des sols (collemboles, lombrics), d’autres apportent leur concours à la production (pollinisateurs) et enfin d’autres maintiennent un équilibre dans les populations de ravageurs (parasitoïdes et prédateurs). Sur les fermes Agéris, nombre d’entre eux sont régulièrement observés :

  • Les pollinisateurs : Les plus connus sont les abeilles domestiques, les bourdons ou encore les abeilles sauvages mais il existe également d’autres insectes comme les mouches et des coléoptères qui contribuent grandement à la pollinisation.
  • Les parasitoïdes : Ces derniers se développent sur ou dans un autre organisme. Les petites espèces colonisent pucerons et psylles tandis que les grosses choisissent les chenilles et les coléoptères. Ils sont de remarquables auxiliaires des cultures.
  • Araignée Epeire fasciéeLes prédateurs : Nombreuses sont les espèces de prédateurs tels que les carabes, les coccinelles, les araignées, les chrysopes ou les staphylins. Tous sont de redoutables prédateurs des ravageurs des cultures tels que les pucerons, les chenilles, les thrips, les acariens et les cochenilles.

     

Focus
Dans les fermes Agéris, des aménagements simples ont été créés pour favoriser la présence des auxiliaires : 
• Implantation de bandes enherbées et de bandes fleuries. 
• Fauche unique et tardive pour leur entretien. 
• Plantation de haies d’espèces locales.